B

Banques

« Donner du sens à son argent » (NEF)

Que pouvons-nous face à un système financier dominé par la cupidité ? Pas grand-chose… sauf si nous agissons de concert !

Éric Cantona avait lancé cette idée : pour faire chuter le système, il nous suffirait de retirer de nos banques le même jour tout l’argent que nous leur confions. Problème ? A quoi bon faire tomber les banques et le système qui va avec si nous sommes juste en dessous ?

De vraies solutions existent. Il est possible de placer notre argent dans des « banques éthiques ». Ces banques-là assurent les mêmes missions, rendent les mêmes services que les banques traditionnelles et pourtant… Alors que les banques ordinaires alimentent les phénomènes spéculatifs malsains, les « banques éthiques » oeuvrent pour « soutenir la création et le développement d’activités professionnelles et associations à des fins d’utilité sociale et environnementale. » C’est le cas par exemple du Crédit coopératif ou de la NEF qui proposent aux individus de « donner du sens à leur argent ».

*Liens : www.lanef.com

 (Créatifs culturels, Solutions)

 

Bonheur intérieur brut

La Croissance ! La Croissance ! Il faut relancer la Croissance ! C’est une obsession ! Mais après quoi courrons-nous ? Est-ce une compétition pour savoir quels sont les pays les plus agréables à vivre sur la planète ? Ceux dans lesquels le niveau d’instruction est le plus élevé, la qualité de l’air et de l’eau est la plus irréprochable ? Non ! La croissance ne prend en compte qu’une seule chose : le PIB (Produit Intérieur Brut). Problème ? Cet indicateur n’a aucun sens ! La marée noire de l’Erika a été bénéfique au PIB, puisque les destructions engendrées ont « génèré des activités économiques exprimées en monnaie » alors qu’inversement, les activités bénévoles, d’aide aux SDF par exemple, font diminuer le PIB !

Les plus brillants esprits de ce monde suggèrent de passer du « produit intérieur brut » au « produit intérieur doux ». On classerait les pays en fonction de plusieurs critères : niveau d’éducation, niveau d’emploi, taux de délinquance, équipements collectifs, accès à la culture, qualité de l’environnement, espérance de vie etc…

La logique est simplissime : l’économie doit être au service du développement humain.

*Lien : www.produitinterieurdoux.org

*Référence : Patrick Viveret, Reconsidérer la richesse, La documentation française, 2002.

 ( Sobriété heureuse)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s